CONSTRUIRE ET HABITER UN NOUVEAU MONDE. Les rencontres entre critique sociale et théorie de l’architecture en France et en Angleterre au XIXe siècle dans l’oeuvre écrite de William Morris

PhD researcher: Simon Bertrand (Supervisor: Wouter Van Acker).

L’objectif de ce projet de recherche est d’éclairer d’un jour nouveau les débats actuels sur l’anthropocène et l’écologie sociale dans le champ architectural à travers l’oeuvre de William Morris et la relecture de l’historiographie des rencontres entre critique sociale et théorie de l’architecture au XIXe siècle, en France et en Angleterre. L’oeuvre écrite de William Morris, notamment le journal Commonweal, introduit une distance historique bénéfique, qui nous projette à une époque dans laquelle les débats concernant la condition urbaine, la dégradation de l’environnement et l’accroissement des inégalités sociales, étaient vifs, et la théorisation de ces questions nouvelle. L’étude des textes de Morris permet de mettre à jour la formation durant le XIXe siècle d’une nouvelle pensée de l’architecture, et en offre une tentative synthétique sans adopter la forme de la théorie architecturale. L’établissement des relations intrinsèques de l’art et du travail, en premier lieu dans l’architecture construite, l’exposé clair de ces relations, répond aux impératifs « Educate, Agitate, Organise » du premier parti socialiste d’Angleterre, la Democratic Federation, dont Morris fut membre avant de fonder la Socialist League aux côtés de Friedrich Engels, en 1884, et de diriger durant six années son organe de presse, Commonweal. C’est dans ce journal que furent publiés les Nouvelles de Nulle Part en 1890, et auparavant de nombreux textes importants de William Morris, pièces éparses d’une théorie critique de l’architecture à l’ère capitaliste, où la destruction du vivant, l’impossibilité pour l’espèce humaine d’habiter le monde, étaient déjà des préoccupations majeures, portaient une condamnation sans appel de la société industrielle ; cherchaient l’unité d’une société future dans la construction de rapports sociaux inédits, la beauté dans la suppression des séparations entre Nature et Civilisation. La disparition nécessaire des antagonismes travail manuel/travail intellectuel et ville/campagne, théorisée et défendue par de nombreux courants socialistes au XIXe siècle, reste aujourd’hui l’enjeu majeur de nombreux débats urbanistiques et sociaux ; l’oeuvre de Morris en propose une formulation, longtemps simplifiée ou déformée, qui mérite toute notre attention.

Wouter Van Acker

Wouter Van Acker is Associate Professor of Architectural History and Theory at the Université libre de Bruxelles (ULB). He is co-director of hortence, ULB’s research centre for architectural history, theory and criticism. His research focus is the history of epistemology and aesthetics in architecture in the twentieth century.